A l'annonce de sa mort, Marc-Olivier Fogiel déclarera : « c'était vraiment un type sensible, il est certainement mort de cette sensibilité» .
Quant à la réaction de Vincent Perez, elle a été pleine d’émotions : « on était … très ami… très amis… Je le considérai comme quelqu’un de ma famille et quelqu’un d’absolument magnifique, il avait une magnificence en lui, il avait une lumière, accompagné d’une ombre très forte… Il a vécu à fond sa vie, c’était un immense poète, les gens ne le savent pas mais c’était un immense poète, il a écrit des choses absolument incroyables, et un véritable artiste… ».

photo_0302_459_306_12457On pense être maître de sa vie, pourtant parfois le destin semble prendre un malin plaisir à s'acharner sur vous. C'est ainsi que l'on pourrait définir la vie de Guillaume Depardieu, décédé cet après-midi des suites d'une pneumonie, à l'âge de 37 ans.
Un écorché vif dont la sensibilité à fleur de peau en a fait un rebel aux multiples talents. Si rongé intérieurement, que son existence semble n'être qu'une descente aux enfers permanente. Un père célèbre dont l'absence le détruira en partie, une consolation trouvée dans la provocation, la révolte qui le mène sur les chemins de la drogue de l'alcool puis de la prison. Un jeu dangereux, toujours sur le fil du rasoir dont rien de bon ne semble pouvoir jamais sortir, et pourtant...

Malgré une carrière cinématographique plus que remarquée, cet acteur hyper-actif ne se console pas de "l'abandon" de son père. Le destin frappe à nouveau : un accident de moto qui après 17 opérations ne lui apportera qu'une infection nosocomiale dont la seule issue sera l'amputation de sa jambe droite.

Comment ne pas pleurer un garçon qui avait, à priori, tout pour être heureux, et qui a 37 ans, nous quitte pour ne nous laisse qu'un goût d'inachevé...